Transition de 6 mois imposée à la Junte : que veut la CEDEAO à la Guinée ?

Politique

Une délégation de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) était à Conakry, vendredi 17 septembre 2021 auprès de la Junte pour lui faire connaître ses sanctions contre le coup d’Etat qui a renversé le Président Alpha Condé, le 5 septembre. Des sanctions, nous voudrions nous étonner que l’institution impose six mois de transition maximum au CNRD pour organiser les élections. Six mois. La CEDEAO “a insisté pour que la transition [militaire] soit très courte » et “ne devrait pas durer plus de six mois. Dans six mois, il faudrait organiser des élections.” A déclaré à la presse le président de la Commission de la Cédéao, Jean-Claude Kassi Brou. Mais que peut-on faire objectivement dans le contexte guinéen d’aujourd’hui, pour rendre ce délai tenable ?

Nous voici dans un pays où tout, ou presque, est à refaire après que le Pr Alpha Condé a forcé le barrage de la Constitution pour s’offrir un troisième mandat le 18 octobre 2020. Aujourd’hui, la Commission nationale électorale indépendante est décriée, donc contestée. Cette Ceni au sein même de laquelle la victoire d’Alpha Condé est contestée, reste une machine à refonder. Car, on se rappelle que quatre commissaires de cette structure avaient documenté des opérations de fraude électorale. La Ceni nécessite un changement profond. Et cela ne se fait pas en un jour.  

Organiser les élections dans six mois ? Est-ce possible pour une junte qui n’a même pas encore eu le temps de s’asseoir, d’organiser des consultations pour apaiser le climat social et rassurer les différentes communautés ? Pour parler d’élection, il faut d’abord parler de période pré-électorale. Le code électoral avili par une volonté d’un 3e mandat, va-t-il rester en l’Etat ou alors les Guinéens vont vouloir avancer, partir sur de nouvelles bases, plus démocratiques ? Les listings électoraux sont-ils fiables ou à retoucher ? N’y a-t-il pas nécessité d’une révision du fichier électoral ? Les cartes d’électeurs de 2020 avaient-elles satisfait le peuple guinéen ? Le découpage administratif des départements, le découpage électoral, n’ont-ils pas été piégés par une démarche de confiscation du pouvoir et d’étouffement de la démocratie ? Et l’argent pour réaliser tout cela ? Qui l’apporte ? La CEDEAO ? Ce machin qui compte sur la France et ses amis pour se mouvoir ? Où tirer les moyens financiers pour aller à ce pas de course ? Toutes ces questions techniques qui ont un sens élevé pour les Guinéens et qui ne se traitent pas en six mois, paraissent du dernier des soucis de la CEDEAO. Elle ne supporte pas Mamady Doumbouya au Palais présidentiel.  

Nous comprenons que l’Institution sous régionale, la CEDEAO, est véritablement un syndicat de chefs d’Etat solidaires, parfois même dans le viol des constitutions pour se maintenir au pouvoir. Des gens qui voient donc mal que leur homologue Alpha Condé, maintenu aux affaires par un 3e mandat imposé au peuple, soit humilié de la sorte par le colonel Mamady Doumbouya et ses hommes. Alors, il faut faire partir le plus rapidement ces hommes en treillis par la fin d’une transition brève, à défaut de les chasser autrement et de rétablir Alpha Condé dans le fauteuil présidentiel si attachant.

Que veut vraiment la CEDEAO au peuple guinéen ? Le chapelet de sanctions individuelles contre les membres de la Junte, c’est connu dans la pratique de l’institution. Mais lui demander d’organiser les élections en six mois, n’est-ce pas là une décision illusoire ? Si ! Nous le pensons vraiment. Car que va-t-elle faire, si au bout des six mois, le colonel Mamady Doumbouya et ses amis ne sont pas prêts et reconduisent les six mois ? Les bombarder ? C’est vrai que l’idée d’une transition de cinq ans, comme elle plairait au militaire au pouvoir à Conakry, fait éclater de rire, mais celle de six mois, non plus, n’est pas réaliste. Le CEDEAO doit reconsidérer la situation guinéenne.

Germain Séhoué  

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •   
  •   
  •  
  •   
  •   
  •  

1 thought on “Transition de 6 mois imposée à la Junte : que veut la CEDEAO à la Guinée ?

  1. My coder is trying to convince me to move to .net from PHP. I have always disliked the idea because of the costs. But he’s tryiong none the less. I’ve been using WordPress on numerous websites for about a year and am nervous about switching to another platform. I have heard very good things about blogengine.net. Is there a way I can transfer all my wordpress content into it? Any kind of help would be really appreciated!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
46 ⁄ 23 =