Touba/ Célébration de la Pacques: La ville vidée de son monde

Société

La ville de Touba située au Nord-ouest de la Côte d’Ivoire, n’a pas connu son ambiance habituelle dans les restaurants, maquis et bars durant le week-end dernier. Et pour cause de nombreuses personnes se sont déplacées vers les villes et villages du Centre du pays pour y passer les festivités pascales avec leurs différentes familles. Quelques jours avant le week-end Pascal, en effet, les gares routières étaient bondées de monde à l’occasion des congés de Pâques. Ce qui a été une bonne affaire pour les transporteurs. « On a enregistré un grand nombre de passagers à la faveur des congés de Pâques surtout les fonctionnaires qui souhaitaient se rendre en famille pour les fêtes de Pâques», confie Koné Falcao, responsable d’une compagnie de transport de la place. Comme Kouassi Blé Stéphane, instituteur dans l’inspection de l’enseignement préscolaire et primaire de Touba, ils sont nombreux les fonctionnaires qui ont choisi d’aller passer les fêtes auprès des siens. « Chaque année, moi je vais fêter en famille. C’est un moment de retrouvailles, de communion et de partage. Au-delà de l’aspect religieux, la Pacques est devenue culturelle en pays baoulé. Elle permet aux membres des familles de s’asseoir et de faire les projets les concernant», explique Kouassi Stéphane, visiblement enthousiaste de regagner les siens.

Les résidents n’ont pas boudé leur plaisir

Ceux qui n’ont pas effectué de voyage n’ont cependant pas boudé leur plaisir. En effet, le vendredi 2 avril soir, les fidèles chrétiens catholiques notamment, ont sacrifié au traditionnel chemin de croix sur une distance d’environ 2 km allant du rond-point de la poste jusqu’à la paroisse. Le dimanche 4 avril après la messe, une réception a été organisée au sein de la paroisse. Réception au cours de laquelle des mets délicieux les uns que les autres ont été partagés entre fidèles et leurs invités dans une bonne ambiance. « C’est une grâce du Seigneur de nous donner cette autre occasion de fêter sa résurrection. Je n’ai pas voyagé cette année pour des raisons personnelles mais je passe de bons moments de fête dans la paix et la tranquillité avec des amis et frères. C’est le plus important pour moi», raconte Kouassi Clément, informaticien. Comme pour dire que la fête de Pâques s’est bien passée dans l’ensemble dans un climat de paix et de quiétude dans le Bafing.

Lamine Bakayoko

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •   
  •   
  •  
  •   
  •   
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
12 ⁄ 3 =