L’Afrique du Sud franchit une première étape pour fabriquer des vaccins anti-Covid-19

Dossiers

L’Afrique du Sud a franchi une première étape, lundi, pour la mise en place d’un “centre de transfert de technologie” pour les vaccins anti-Covid à ARN messager, dotant ainsi le continent africain d’une capacité de production. (France 24)

“Les vaccins n’arrivent jamais à temps et les gens continuent de mourir.” L’Afrique du Sud a franchi une première étape lundi 21 juin pour doter le continent d’une capacité de production de vaccins anti-Covid, a annoncé le président Cyril Ramaphosa, en avertissant qu’il faudra du temps pour concrétiser le projet.

Le dirigeant sud-africain, fer de lance du combat pour la levée temporaire de la propriété intellectuelle sur les vaccins anti-Covid et pourfendeur de l’inégalité vaccinale, a justifié la création d’une capacité régionale de production : “On voit bien qu’on ne peut pas compter sur les vaccins qui sont fabriqués en dehors de l’Afrique parce qu’ils ne viennent jamais. Ils n’arrivent jamais à temps et les gens continuent de mourir.”

Il participait depuis l’Afrique du Sud à un point de presse de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à Genève consacré au projet.

“Today I am delighted to announce that WHO is in discussions with a consortium of companies and institutions to establish a technology transfer hub in #SouthAfrica“-@DrTedros https://t.co/w1MC0Adxj9— World Health Organization (WHO) (@WHO) June 21, 2021

2 % de la population vaccinée en Afrique

Son pays représente plus de 35 % du total des cas de Covid-19 enregistrés en Afrique et souffre actuellement d’une troisième vague d’infections. Comme d’autres pays en développement, il voit les vaccins aller dans les pays riches ou dans les pays qui, comme l’Inde, les produisent à grande échelle.

Seulement 2 % de la population du continent africain a eu au moins une dose, a affirmé le président Ramaphosa, quand les États-Unis ou l’Europe visent les 70 % de la population totalement immunisée dans les mois qui viennent.

L’annonce de lundi doit palier à terme ce déséquilibre. Il s’agit de mettre en place un “centre de transfert de technologie” pour les vaccins anti-Covid à ARN messager, qui se sont révélés extrêmement efficaces à l’instar des sérums de Pfizer-BioNTech ou Moderna et qui semblent aussi plus facilement adaptables à des nouveaux variants que d’autres vaccins de technologie différente.

“Ce pôle de technologie permettra une réponse rapide pour le développement de nouveaux vaccins, que ce soit pour les variants du Covid-19 ou de futurs pathogènes, sur le continent africain et au bénéfice du monde entier”, a affirmé le président français Emmanuel Macron, dans un message enregistré. 

Lire la suite sur France

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •   
  •   
  •  
  •   
  •   
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 − 15 =