Émigration à l’étranger / Un enfant ivoirien découvert dans une valise en Espagne

Politique

La police espagnale découvre un enfant ivoirien dans une valise. Les faits datent du 7 mai 2015. Mais nos mémoires ont besoin d’être ravivées afin que les questions des droits de l’homme fassent partie de nos priorités. Que s’était-il passé ? Comment peut-on mettre un enfant qu’on aime dans une valise ? Les reportages de la télévision itélé et de bien d’autres médias avaient fait sensation.  

Selon la publication de L’EXPRESS.FR du 23 mai 2015, « Lors d’un contrôle à la frontière, la garde civile espagnole avait découvert le 7 mai, ce petit garçon de huit ans, Adou Ouattara, blotti dans une valise, recouvert d’habits et ayant du mal à respirer. La valise était transportée par une jeune femme de 19 ans, contrôlée alors qu’elle empruntait le passage pour piétons vers cette enclave espagnole de moins de 20 km2 située dans le nord du Maroc. » 

Itélé, dans son reportage, donne ces précisions : « Dans cette valise passé au scanner, les officiers de la garde civile s’attendent à trouver de la drogue ; ils y découvrent, contorsionné un enfant ivoirien de seulement 8 ans ». Et l’Officier présenté alors, de s’indigner : « Les Officiers étaient sous le chic, ils ont ressenti un mélange de perplexité, d’angoisse et de peine. Ils se sont demandé comment on pouvait en arriver à mettre un enfant là dedans. » Selon le reportage, la jeune femme transportant la valise semblait particulièrement nerveuse. Toujours selon itélé, « Le père et la jeune femme sont mariés, et détenteurs d’un titre de séjour en Espagne, ils ont voulu y faire entrer clandestinement l’enfant. Tous deux ont été arrêtés pour violation de Droits de l’homme. »

Mais les choses ont évolué. Le 23 mai 2015, L’EXPRESS.FR annonçait : « Il ne sera plus seul. Un enfant ivoirien de huit ans qui s’était caché dans une valise pour tenter d’accéder à l’enclave espagnole de Ceuta depuis le Maroc, a obtenu jeudi une carte de séjour provisoire pour rejoindre sa mère (Lucie Ouattara), le père (Ali Ouattara) restant en détention, selon les autorités espagnoles. » 

S’ils ne sont pas morts dans le désert, en Libye ou dans la méditerranée en tentant coûte que coûte de regagner l’Europe, voilà ce qui peut arriver aux Ivoiriens fuyant leur pays. La Côte d’Ivoire est-elle donc si invivable, seulement déjà en 2015, pour que des Ivoiriens, même des « Ali Ouattara », la fuient pour l’Europe au péril de leur vie et de la vie de leur progéniture ?

Germain Séhoué

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •   
  •   
  •  
  •   
  •   
  •  

1 thought on “Émigration à l’étranger / Un enfant ivoirien découvert dans une valise en Espagne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
7 + 21 =