Décès d’Amadou Gon Coulibaly : Un universitaire accuse

Politique

C’est avec une grande consternation que nous avons tous appris le décès du Premier ministre, Amadou GON Coulibaly. Face à ce grand malheur qui frappe la Côte d’Ivoire, je me permettrai de tirer une leçon.Je voudrais relever l’esprit dans lequel la question de l’état de santé du Premier ministre a été traitée à la fois par ses partisans, les opposants et toute la Côte d’Ivoire.Dès le début, les dirigeants de ce pays nous ont fait croire que le Premier ministre, Amadou GON était en voyage pour subir un banal contrôle de routine de santé tout en sachant que leur mentor, leur futur candidat était dans une situation de santé très précaire. Donc, ils ont volontairement menti au peuple.Mais en ne disant pas la vérité au peuple, ils ont pensé plus à leurs propres intérêts et à leurs égocentrismes ;  et le fanatisme de la conquête du pouvoir a pris le dessus sur la vie, sur la santé, sur la famille biologique du de cujus.Amadou GON, ce brillant technocrate issu de l’une des familles les plus nobles et authentiques de la Côte d’Ivoire a fini par devenir une marionnette.  Bien que se sachant souffrant, il n’était plus maître de lui-même. Il était devenu l’otage de la conquête du pouvoir. Car ce citoyen, bien que se sachant souffrant, était devenu l’esclave d’un groupe d’intérêts et de l’opinion nationale voire internationale. Le valeureux cadre, sous la pression et par sursaut d’orgueil a résisté et essayé de se surmonter pour finir par craquer.

Ce malheur qui frappe la Côte d’Ivoire met en relief l’immoralité et l’absence d’humanité qui caractérisent le jeu politique dans nos Etats.Quoi qu’il advienne, l’homme, sa vie et sa famille doivent être au-dessus de tous les intérêts et de toute passion.Les Hommes politiques, la Presse et la Société dans son ensemble doivent comprendre qu’il n’y a rien de plus sacré et précieux que la vie humaine.Cet adulte qui avait à peine dépassé les 60 ans, et dont la mère est encore vivante, a été sacrifié sur l’autel de la politique politicienne. Ce n’est pas la maladie qui a emporté Amadou Gon Coulibaly, mais plutôt les enjeux autour de sa personne.Que Dieu ait pitié de lui et lui accorde son paradis !

Pr. Tiémoko DoumbiaProfesseur Titulaire de Socio-économique du Développement

Visits: 38
Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •   
  •   
  •  
  •   
  •   
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
17 − 11 =