Débat / Energies renouvelables tarissables et intarissables, le cas de l’Egypte : la réponse de l’Expert Serge Parfait Dioman

Economie

C’est en réaction à un commentaire d’un lecteur suite à son article « Egypte : Briser le paradoxe énergétique africain grâce aux énergies renouvelables solaires et éoliennes » que l’Expert International en Industries Pétrolières et Énergies, Serge Parfait Dioman apporte cette lumière. Le commentaire du lecteur qui nous vaut cette nouvelle contribution est le suivant : « L’Egypte devrait déjà s’entendre avec l’Ethiopie sans attendre le feu vert des USA pour exploiter sur le NIL son nouveau barrage de la Renaissance ». Le débat est ouvert.

En termes de développement durable, les énergies renouvelables sont classées en plusieurs familles.

L’hydraulique appartient au groupe des ressources dites tarissables car les cours d’eau peuvent s’assécher pour diverses raisons dont la sécheresse qui est d’ailleurs l’une des manifestations flagrantes du réchauffement climatique que nous redoutons.

Nous en savons quelques pour avoir été tous témoins de l’indisponibilité de nos barrages hydroélectriques suite l’épisode caniculaire que la Côte d’Ivoire a connu au premier semestre 2021.

En comparaison, et même s’ils ont un caractère intermittent qui leur confère une intensité variable par moment, le soleil et le vent sont des ressources intarissables. Ils seront toujours présents en effet.

En Afrique en l’occurrence, le soleil se lève tous les jours et nous apporte donc quotidiennement l’énergie thermique et photovoltaïque dont nous avons besoin.

Serge Parfait Dioman

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Et donc, à choisir d’une part entre une énergie renouvelable tarissable, et de surcroît très influencée par les vicissitudes climatiques, et d’autre part, une énergie renouvelable certes intermittente mais intarissable, la logique préférentielle nous conduit à privilégier la seconde.

Alors, le problème au niveau du barrage sur le Nil est beaucoup plus une question de pragmatisme et de réalisme lorsque l’on se projette dans le long terme.

En clair, l’hydraulique n’a plus la côte face au solaire par exemple. Et c’est ce qu’il faut comprendre.

Alors, tout n’est pas que politique ou conflit. Derrière certaines inactions se trouvent souvent des non dits d’ordre technologique, des problématiques de rentabilité, etc. car en matière d’énergies, ce qui aurait pu paraître très opportun il y a quelques décennies ne l’est plus forcément aujourd’hui.

Et donc, si l’Égypte choisit l’option du solaire et de l’éolien comme énergies renouvelables prioritaires, elle est sur le mieux-disant.

C’est un choix que beaucoup respectent sans toutefois rejeter la filière hydroélectrique qui a encore sa place dans cette diversité énergétique.

Serge Parfait Dioman 

Expert International en Industries Pétrolières et Énergies

il y aura toujours du soleil et du vent.

celles qui sont dites tarissables comme l’hydraulique et celles qui sont dites intarissables comme le soleil

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •   
  •   
  •  
  •   
  •   
  •  

2 thoughts on “Débat / Energies renouvelables tarissables et intarissables, le cas de l’Egypte : la réponse de l’Expert Serge Parfait Dioman

  1. Excellent post. Keep writing such kind of info on your page.
    Im really impressed by your site.
    Hello there, You have performed an incredible job. I will definitely
    digg it and personally recommend to my friends.
    I am sure they’ll be benefited from this website.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
11 + 28 =