CPI: Après l’audience du 6 février/Serges Kassy raconte la mobilisation pour la libération de Gbagbo

Politique

IL FALLAIT LE VIVRE POUR CROIRE

Etaient opposés à la CPI hier, la nomenclature de la situation socio politique en côte d’Ivoire, d’un côté ceux qui réclament la paix et la réconciliation en Côte d’Ivoire avec la libération totale du président Gbagbo et son fils Blé Goudé, composés des patriotes et résistants ivoiriens, des panafricains, les partis politiques de toute l’opposition ivoirienne, mouvements politiques, associations ivoiriennes, et ongs, le PDCI de Henry Konan Bédié, Affi Nguessan et ses affidés, et enfin, les partisans de Guillaume soro.

Comme on le dirait à Abidjan, Me Jennifer Naouri est en train de cracher du feu juridique.

De l’autre côté, Dramane et ses avocats, le procureur Fatou Bensouda, les seuls refusant la réconciliation en Côte d’Ivoire. Oui, il fallait le vivre, et hier à La Haye, spécifiquement à la CPI en mondovision, le monde entier a regardé, la scène théâtrale que ce tribunal pour nègres récalcitrants contre les maîtres blancs. Quelle honte nous avons ressentie, dans cette Cour, pour un procès de plus, qui n’aurait jamais dû avoir lieu, tant les acteurs du refus furent de minables répondeurs automatiques, à la seule volonté de la France de Macron, de maintenir le réel Président élu de la Côte d’ivoire, loin de la Côte d’Ivoire. On avait l’impression de revivre les débuts du procès d’il y a 9 ans, tellement les causes et les raisons du maintien de nos illustres accusés, mais cette fois acquittés, étaient identiques.

Les soutiens de Laurent Gbagbo n’ont pas faibli en 9 ans.

Dans les rues de La Haye pendant ce temps, les adeptes de la paix en Côte d’Ivoire, dans une marche programmées, donnaient de la voix, main dans la main, avec les militants de Bédié et de Soro Guillaume, il faillait le voir pour croire. Sur un même podium pendant le meeting prévu non loin du tribunal, devant toute la presse mondiale, bedieistes, gbagboiste, et soroiste, dans un souci d’union contre les seuls qui refusent la réconciliation en Côte d’Ivoire, se sont succédés dans des discours, à l’appel à la réconciliation de tous les fils de la Côte d’Ivoire, de gré ou de force, dans notre pays.

Comme un Grand Reporter, l’Artiste Serges Kassy raconte cet événement.


Les différents temps forts de ce procès de la honte, et du ridicule, nous ont donné de l’espoir de revoir dans les semaines à venir le Président Gbagbo et Blé Goudé, libres de tous leurs mouvements d’hommes acquittés, et ce matin (7 février 2020), l’annulation de la dernière phase de ce procès honteux par les juges estimant que la première journée, leur a permis d’avoir assez d’éléments pour se prononcer, nous a encore réconfortés.

Un déferlement humain à La Haye.


On va encore une fois, en félicitant tous ceux et celles qui ont effectués le déplacement de La Haye, tous ceux et celles qui, des 4 coins du monde, étaient en prière pour nos illustres prisonniers, féliciter enfin EDS FRANCE, avec à sa tête le président STEPHANE KIPRE, maître d’œuvre de cette organisation parfaite qui a démontré au monde entier, que 9 ans après, le Président Laurent Gbagbo, demeure le centre, et le chantre de la paix véritable en Côte d’Ivoire, qu’il ne reste maintenant à la CPI, à la France, à Dramane, et son RHDP de pacotille, de jeter l’éponge.

Pendant 9 ans d’injustice, il est resté digne dans le combat, Laurent Gbagbo.

Quel que soit le mécontentement du mouton, la tabaski aura bel et bien lieu. DIEU fera.
Juste la voix de l’artiste.

Visits: 46
Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •   
  •   
  •  
  •   
  •   
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 + 7 =