Côte d’Ivoire/Voici ce que subit un peuple vaincu

Politique

Le Gouvernement Ouattara, persuadé qu’il a vaincu le peuple ivoirien par son troisième mandat, s’est mis à le ruiner par une augmentation du coût de la vie des plus incroyables, même si face au tollé, il temporise.

Par Ferro Bally

PANNE SÈCHE. “Il y a des moments où je me cache pour dire: ‘Gbagbo kafissa”, a posté, le lundi 11 janvier 2021, un indécrottable partisan d’Alassane Ouattara. Il rejoint, dans son amertume, Jean-François Bainguié, président de l’Association des micro-entrepreneurs de Côte d’Ivoire (Amie-CI). 

Les mauvaises nouvelles s’accumulent en ce début de 2021. Le prix de l’huile de consommation a grimpé, passant notamment de 20.000f à 24.500f pour le 25 litres Dinor et 1.450 à 1.700f pour le 1,5 litre Aya. 

L’annexe fiscale 2021 a apporté son grain de …sable. Aux nombreuses taxes déjà créées, l’État est passé à la vitesse supérieure. En attendant de le vérifier sur ma facture CIE, il se murmure que la redevance RTI a été revue à la hausse : 4.000f au lieu de 2.000f. 

L’activité de livraison sur moto et tricycle, un moment menacée de suspension, est maintenant soumise à autorisation d’exercer. Et cette formalisation a un prix: cinq millions de nos francs pour l’agrément et 400.000f de frais de dossiers.

La lutte contre la vie chère est ainsi en panne sèche. Le Conseil national de lutte contre la vie chère (Cnlvc) et la Commission de la concurrence, installées respectivement les 14 juillet 2017 et 25 mai 2018, n’ont pas tenu la promesse des fleurs.

De plus, l’État ivoirien est devenu obèse. Plusieurs nouvelles structures ont vu le jour: le Sénat, la Haute autorité pour la bonne gouvernance qui chevauche avec l’Inspection générale d’État et la Cour des comptes, le Comité de lutte contre le travail des enfants, le poste de vice-présidence de la République. Pis, le gouvernement multiplie ses portefeuilles ministériels pour flirter avec 50 membres. 

Et comme l’expliquait simplement, en octobre 2016 au moment du débat référendaire, Mamadou Koulibaly pour refuser la nouvelle Constitution, ces nouvelles charges vont exiger de nouvelles recettes pour couvrir ces postes de dépenses. 

Nous y sommes. D’où les grincements de dents de tous les malentendants qui se sont fait hara-kiri.

F. M. Bally

Le titre et le chapeau sont de la Rédaction

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •   
  •   
  •  
  •   
  •   
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
26 × 22 =