Côte d’Ivoire/Le 3e mandat commence avec une “épuration politique”

Politique

Par Ferro Bally

ÉPURATION POLITIQUE. Le nombre des villes-martyrs ne cesse d’augmenter: Bonoua, Divo, Gagnoa, Lakota, Daoukro, Toumodi, Tiébissou, Bongouanou, Yamoussoukro, M’Batto… Et le bain de sang continue, dans l’indifférence quasi-générale, en ces saisons d’épuration politique. Après la crise post-électorale (décembre 2010 – avril 2011), Laurent Gbagbo a beau défendre devant la CPI que “c’est celui qui n’a pas gagné l’élection qui a semé les troubles”, il n’a même pas été entendu; son sort étant scellé. Ses militants, partisans ou sympathisants et lui ont été poursuivis, pourchassés et arrêtés manu militari. Et au nom de la justice des vainqueurs, l’autre camp a été et est épargné de poursuites. Et Ouattara s’est juré, en vain, de “vider le FPI de sa substance”.

En 2020, on reprend les mêmes acteurs dans des rôles différents et on recommence. Avant et après la présidentielle controversée du 31 octobre, la violence politique s’est installée. M’Batto a établi un record macabre: 38 morts, 12 portés disparus et 120 blessés, selon un message radio de la Gendarmerie. “C’est celui qui a violé la Constitution qui provoque les troubles”, arguent des observateurs. Mais, sans aucune enquête, l’Opposition, vouée aux gémonies par son mot d’ordre de désobéissance civile contre la “candidature anticonstitutionnelle et illégale” de Ouattara, est le coupable tout trouvé. Ses leaders, traqués et placés en résidence surveillée, sont dans le collimateur d’une justice aux ordres.

Ouattara s’est ainsi engagé à réduire son Opposition ou au silence ou à sa plus simple expression. Et son camp, avec les supplétifs et miliciens dotés d’armes à feu et blanches et d’objets contondants pour des opérations punitives, est mis hors de cause. Et alors les conflits intercommunautaires se multiplient face au parti-pris du pouvoir RHDP. Et ce pays meurtri est au bord de la déflagration sociale. Car il est désespérément orphelin de leaders amoureux de justice et d’humanité.

F. M. Bally

Le titre est de la Rédaction

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •   
  •   
  •  
  •   
  •   
  •  

1 thought on “Côte d’Ivoire/Le 3e mandat commence avec une “épuration politique”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
12 + 23 =