Côte d’Ivoire/Insécurité permanente : Les Dozos font quoi à Bangolo même !

Politique

Il y a des cohabitations qui posent problème. Les Dozos au milieu d’une population paisible. Et voilà la détonation ! Depuis que les rebelles-Dozos (différents des chasseurs-Dozos) ont établi leur sanctuaire à Bangolo, cette cité n’est plus tranquille. L’insécurité y est permanente. Agressions. Meurtres. Assassinats. Attaques de véhicules de transport. Assassinat d’une jeune fille ici. Tuerie d’un jeune homme-là. Incendie de maison ou de plantation là, etc. Et le dernier crime qui a frappé les esprits, c’est la décapitation du couple Téhé Lya Paul (voir 2e photo), un couple paisible, allé vaquer à ses activités au champ.

Et voyons ce qu’a rapporté le confrère Linfodrome le 21 mars 2020 : « Les populations de la ville de Bangolo ont découvert, dans la journée du lundi 16 mars 2020, un groupe de chasseurs traditionnels appelés  Dozos dans une forêt sacrée non loin de Ségaï, une chaîne de montagnes… »

Les Dozos sont à Bangolo et Bangolo va mal. Au point que le département inspire des tristes descriptions d’observateurs divers  de type suivant : « Dans cette cité, l’insécurité est devenue un fait banale. C’est le quotidien des pauvres habitants vivant dans la ville mais aussi dans certaines zones du département. Les attaques de domiciles, les braquages sur les routes, vols à main armée sont devenus monnaie courante et s’apparentent à une comédie parfois, tellement ils sont fréquents » ; « Des vols à mains armées, des braquages de fonctionnaires d’Etat et d’opérateurs économiques souvent soldés par des pertes en vies humaines, des braquages de véhicules de transport en commun, des attaques de positions et corridors des forces de l’ordre, des assassinats et agressions d’innocents civils, des attaques de villages ; des profanations et destructions gratuites de patrimoines coutumiers, des intimidations et menaces de leaders de jeunesse de partis politiques et de chefs de village….. Bref ! Une longue liste de violences physiques et morales ». C’est de Bangolo qu’on parle, comme ça !

Téhé Lya Paul, assassiné avec sa femme en pleine forêt.

Au vu et au su de tous, Bangolo a des problèmes. Ainsi, dans son texte intitulé « les Ivoiriens sont devenus des immigrés et les immigrés des vrais Ivoiriens », le Pr. Prao Yao Seraphin a écrit : « Depuis Taï jusqu’à Toulépleu; de Toulépleu à Sémien, en passant par Guiglo, Duékoué, Bangolo et Kouibly, les Wê sont dépossédés de leurs terres ainsi que de leurs exploitations de cacao par des Dozos et des Burkinabés puissamment armés ». C’est même à cause de cette insécurité que dans le canton Zibiao (Bangolo), les fonctionnaires (enseignants) premières victimes, avaient tiré la sonnette d’alarme par un arrêt de travail de 72h les 09, 10 et 11 avril 2018. Mais tout cela n’a pas amélioré les choses. Et l’insécurité continue de régner à Bangolo.

Les Dozos font donc quoi à Bangolo même ! Ils font quoi là-bas ? Pourquoi ils ne retournent pas dans leurs régions culturelles ? Ils font quoi à Bangolo ?

Germain Séhoué

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •   
  •   
  •  
  •   
  •   
  •  

1 thought on “Côte d’Ivoire/Insécurité permanente : Les Dozos font quoi à Bangolo même !

  1. Hello there, I found your blog by way of Google even as searching for a comparable matter, your web site came
    up, it seems good. I’ve bookmarked it in my
    google bookmarks.
    Hello there, just become aware of your blog thru Google, and found that it
    is truly informative. I’m going to be careful for brussels.
    I’ll be grateful in case you continue this in future. Numerous other folks will
    likely be benefited from your writing. Cheers! 0mniartist asmr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
15 − 10 =