Côte d’Ivoire – Dance/Marie Rose Guiraud célébrée

Culture

Marie Rose Guiraud, c’est son nom. Les 20 et 21 mars 2020 débuteront des journées de célébration et d’hommage en son honneur. Par le rythme, le ploiement et le déploiement de son corps beau comme la lumière de Dieu, l’artiste chorégraphe Marie Rose Guiraud a fait vibrer la Côte d’Ivoire, l’Afrique et émerveiller l’Amérique. L’Amérique ? Si ! Puisqu’elle l’a charmée par le génie de ses pas de dance et le feu envoûtant de ses créations artistiques, au point de conquérir le cœur d’un de ses fils, l’Américain Emmett McDonald, le « tchêoulé » devenu viscéralement son époux. Quel talent ! De même qu’une biche maîtrise l’élan de son corps, Marie Rose Guiraud s’élance dans l’expression de la vie, par la puissance de son héritage culturel et spirituel acquis à Wiably (Kouibly) depuis son cri de naissance en 1944. La vie comme elle doit être belle. Et comme le disait le mercredi 11 mars 2020, Diallo Ticouaï Vincent, président du comité d’organisation des journées d’hommage qui lui sont dédiées : «Tout ce qu’elle a aimé dans sa vie, c’est la danse. Tout ce que nous avons appris d’elle, c’est la beauté. Tout ce que nous savons d’elle, c’est donner. Elle reçoit toujours peu ».

Marie Rose Guiraud, c’est un patrimoine culturel riche. On le sent. On le voit à travers les prestations magnifiques de la troupe Guirivoires, qui dance sans concession, à vous couper le souffle. Une richesse dont sa fille Wendy Guiraud est d’ailleurs fière de porter l’héritage et de le diffuser à partir de la France où elle réside pour l’instant. Marie Rose Guiraud, c’est la Maman et la Formatrice de plusieurs enfants, plusieurs jeunes de la rue à qui elle a donné joie, dignité à travers son école et Fondation EDEC. Son talent et son parcours doivent être sus. C’est le sens de son ouvrage La survivante.

Rose Marie Guiraud en action.

A quoi aurait-elle survécu ? A toutes les pésanteurs qui bloquent la jeune fille et l’empêchent d’aller à l’assaut de ses rêves, à toutes les méchancétés du monde… à tant de choses qui nous tous les jours la grimace du désespoir et de la mort ! C’est pourquoi le Pr Yacouba Konaté, Directeur général du MASA (Marché des arts du spectacle Abidjan), n’a pas hésité à lui rendre hommage au cours de l’actuelle édition.

Dance, Guitare, percussion…

De son vivant, il faut donc lui dire merci. Ainsi selon Diallo Ticouaï Vencent, « C’est en voyant la valeur qu’elle incarne désormais à nos yeux et tout ce qu’elle a pu laisser à la Côte d’Ivoire et qu’elle continuera de faire pour ce pays, que nous nous sommes dit : à un moment donné, il faut lui rendre hommage, il faut l’encourager pour qu’elle puisse savoir que ce qu’elle a fait, elle ne l’a pas fait en vain. C’est pour cela que nous vous avons appelés pour vous annoncer que les vendredi 20 et samedi 21 mars, deux journées qui lui sont consacrées, abriteront des manifestions diverses.»

Et cet hommage, l’Insaac (Institut national supérieur des arts et de l’action culturelle) en fait son affaire. Avec la croisée du savoir à travers des débats des universitaires, des docteurs, des sachants, des grands comédiens et des étudiants. On annonce pour cela, entre autres, des noms comme les Pr Adingra, Gnamien et M. Néa. D’autres institutions feront leur part avant que plusieurs régions de la Côte d’Ivoire reçoivent les Guirivoires pour célébrer à leur manière la Grande Dame de la dance ivoirienne. Merci Marie Rose Guiraud d’avoir exercé pleinement ta passionne qui nous passionne.

EUGENIE DALLO

Visits: 261
Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •   
  •   
  •  
  •   
  •   
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
29 + 9 =