Côte d’Ivoire-Azaguié /Les populations d’Azaguié sans eau depuis…

Société

Avoir de l’eau potable à Azaguié, localité située non loin de la ville d’Abidjan, est un véritable chemin de croix.


Les populations de la ville d’Azaguié, dans la commune d’Agboville, vivent des jours secs. L’eau ne coule plus dans les robinets. En effet, la pénurie d’eau sévit dans cette localité située à une quarantaine de kilomètres d’Abidjan. Les populations ne savent plus à quel saint se vouer. Dame Florence Guedé, professeur nouvellement affectée dans cette ville, explique son calvaire. << Depuis deux mois, l’eau n’a plus jamais coulé dans mon robinet. Par le passé, nous veillons pour avoir de l’eau tard dans la nuit. Mais, actuellement, nous ne recevons aucune goutte d’eau. Les robinets sont de simples décors. Et on ne dit rien >>, fait-elle savoir, presque la gorge nouée de colère.

Selon cette jeune enseignante, chaque semaine, il faut débourser au moins 4000 F pour s’approvisionner en eau pour sa famille, composée de 4 personnes dont trois enfants. << Tous les trois jours, je remplis mes bidons. Le bidon de 20 litres coûte 50 F. La dizaine de bidons est transportée à 1000 F soit 2000 F tous les trois jours >>, a expliqué, Florence Guedé. Germain N’guessan, agent de santé à l’hôpital d’Azaguié évalue ses dépenses depuis près de trois mois à 16000 F par mois pour l’eau. << C’est exorbitant. Cela fait près de 50000 F que nous payons tous les trois mois pour l’approvisionnement en eau. A cela, il faut ajouter les frais d’entretien du compteur que la Sodeci nous impose. C‘est insupportable >>, a-t-il décrié. Pour l’un de ses collègues, la pénurie d’eau occasionne le vol récurrent des barriques et même des bidons. << Des petits voleurs se promènent la nuit, dans nos cours pour dérober des bidons et des fûts. La pénurie d’eau à Azaguié inquiète >>, souligne-t-il.

La situation est la même dans différents endroits de la ville. Au quartier ‘’Bambou’’, un jeune cadre qui y a construit sa maison a réalisé une fontaine pour espérer avoir de l’eau, mais en vain. « J’ai cru qu’avec la fontaine, ma famille allait avoir de l’eau, mais rien. Des spécialistes disent que la fourniture en eau exige d’autres travaux. On continue d’attendre désespérément de l’eau. Plusieurs châteaux d’eau sont annoncés, mais ils n’ont pas encore vu le jour. Pendant ce temps, c’est la galère des populations », relève-t-il.    

Moayé Ba,

Correspondant régional

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •   
  •   
  •  
  •   
  •   
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 ⁄ 1 =