Bruit autour du passeport de Laurent Gbagbo / Il manque une volonté ferme du Gouvernement Ouattara

Politique

Comprenez-vous ce qui arrive à Laurent Gbagbo ? Nous, pas vraiment. Laurent Gbagbo, ancien président ivoirien, après son acquittement à la CPI et la levée des restrictions à sa liberté, a du mal à rentrer dans son pays, faute de passeport. Le chef de l’Etat Alassane Ouattara avait promis dans un journal français une solution le concernant. Que quand il serait élu pour son autre mandat, il ferait rentrer Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire.

Laurent Gbagbo

Puis il a été élu. Maintenant, le Gouvernement annonce à grand renfort publicitaire que des agents de l’Etat sont allés prendre les empreintes digitales de Gbagbo chez lui à domicile, à Bruxelles pour lui donner le passeport diplomatique. Et on ne nous dit pas après, que Gbagbo se trouve maintenant dans l’avion, mais que la procédure de délivrance du passeport est en cours. Voici le retour de Gbagbo encore projeté dans un futur indéterminé.

Des empreintes digitales

Premières questions : combien de fois va-t-on prendre les empreintes digitales du même Gbagbo pour un passeport ? Car le 28 juillet 2020, lui-même s’est rendu à l’ambassade de Côte d’Ivoire à Bruxelles pour formuler une demande passeport ordinaire en remplissant ces formalités. Y a-t-il donc des empreintes digitales pour un passeport ordinaire et des empreintes digitales pour un passeport diplomatique ? A-t-on besoin de claironner qu’on est en train de faire le passeport de Laurent Gbagbo ? Pourquoi tant de bruit pour un acte banal de tous les jours ?

Deuxièmes questions : Quand le pouvoir transférait Laurent Gbagbo à la CPI, avait-il eu besoin de son passeport ? Non. Le pouvoir affiche ces derniers temps sa disposition au retour triomphal de l’ancien prisonnier de la CPI en Côte d’Ivoire. Si tel est le projet, cela signifie que c’est dans un avion ivoirien (peut-être le Grummanprésidentiel) qu’il va rentrer dans son pays. Dans ce cas, quel serait l’utilité d’un passeport, si l’autorité (son démembrement) à qui il devrait présenter ce document est celle qui décide de son retour ? Si le portier est informé de votre dossier, aurait-il encore besoin de votre ticket pour vous laisser entrer dans la salle du bal ? Non. En clair, de la même façon qu’on l’a embarqué sans document, on peut bien le ramener sans parler de passeport, si vraiment l’on n’a une autre idée derrière la tête.

Passeport ivoirien

Ne serait-on pas en train de faire simplement de la communication sans qu’il n’y ait derrière, une réelle volonté de voir Laurent Gbagbo de retour en Côte d’Ivoire ? Nous croyons que si. Il manque dans ce dossier, une volonté ferme qu’on semble dissimuler à l’opinion publique.

Sinon, d’où vient-il que, selon le confrère Africa Intelligence, « Laurent Gbagbo, a éconduit des émissaires d’Alassane Ouattara, partis le rencontrer en Belgique, afin de lui faire reconnaitre la réélection du chef de l’Etat, pour un troisième mandat, jugé “illégal” par l’opposition, contre un retour en fanfare à Abidjan » et que celui-ci ait refusé en ces termes : « Je ne négocierai jamais mon retour en Côte d’Ivoire avec une contrepartie qui déshonore la dignité du peuple ivoirien.” ?

Lhorizoninfo.net

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •   
  •   
  •  
  •   
  •   
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
26 ⁄ 13 =