Abidjan: le braquage de l’intimité de la Cathédrale annonce le braquage de la présidentielle 2020 ?

Politique

Le pouvoir RHDP vient de pousser le toupet jusqu’à forcer les portes de la Cathédrale Saint Paul d’Abidjan, pour y tenir une conférence en réponse à la déclaration du Cardinal Jean-Pierre Kutwa. Parce que ce dernier a estimé dans sa déclaration de lundi 31 août 2020, que la candidature d’Alassane Ouattara n’était pas nécessaire et que, vu le climat sociopolitique, il fallait d’abord aller à la réconciliation et au dialogue avant de procéder à des élections. Alors emportés par une colère indescriptible, Kouassi Adjoumani Kobenan et le ministre Félix Miézan Anoblé du RHDP, débarquent dans la cour de la Cathédrale Saint Paul, symbole de l’Eglise Catholique et du Vatican en Côte d’Ivoire, avec leur dispositif de sonorisation et de communication pour parler à l’Eglise Catholique.

En clair, le RHDP n’admet pas la moindre contradiction par rapport à la candidature du chef de l’Etat Alassane Ouattara à un troisième mandat. Alors si le RHDP ne craint pas de défier Dieu dans sa propre Cathédrale, comment peut-on espérer de lui, qu’il admette que le président du Conseil constitutionnel Koné Mamadou rejette la candidature d’Alassane Ouattara parce qu’elle est illégale, anticonstitutionnelle ? Et si, de la même façon qu’il vient de forcer le barrage, disons, le portail de la Cathédrale, il arrache la validation de cette candidature au Conseil constitutionnel, dirigé par un ami de Ouattara, par quelle hypothèse le RHDP pourra-t-il accepter de perdre l’élection pour laquelle une vingtaine de personnes ont déjà trouvé la mort, sans que ne recule le pouvoir ? Il sera inimaginable que RHDP reconnaisse son échec, s’il avait perdu les élections. Parce que, s’il joue son va-tout de la sorte, en ne considérant plus personne et plus rien dans le pays, ce n’est pas pour rendre le pouvoir de sang-froid, s’il a été battu dans les urnes.

Le Cardinal Jean-Pierre Kutwa

Car si le RHDP concevait un échec dans la présidentielle, il aurait présenté un autre candidat après le décès de son candidat le Premier ministre Gon Coulibaly. Mais en maintenant Ouattara dans la course, il se donne un prétexte, un moyen de couvrir ses fraudes et de soutenir qu’il n’est pas possible de perdre l’élection, Ouattara étant candidat. Un Ouattara qui a pourtant perdu tous ses soutiens nationaux : Anaky Kobena, Henri Konan Bédié, Guillaume Soro, Gnamien Konan, Tanoh Amon Marcel, Mabri Toiskeusse et leurs formations… Le RHDP ne fait donc pas tant de débauche d’énergie pour céder le pouvoir, même s’il a perdu.

Germain Séhoué

Visits: 310
Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •   
  •   
  •  
  •   
  •   
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
15 − 5 =